Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 18:17

Une nouveauté en poche en français (enfin, quelques mois/semaines déjà que je l’ai, pas eu le temps d’écrire avant !) aux éditions 10/18 : Quand j’étais Jane Eyre de Sheila Kohler. C’est un livre que j’ai beaucoup aimé. Une sorte de documentaire romancé.

 

L’auteur nous présente en quelque sorte les « coulisses » de l’écriture de Jane Eyre. C’est-à-dire ce que vivait Charlotte Brontë pendant les moments où elle écrivait le roman. Le roman (de Sheila Kohler) sur le roman (de Charlotte Brontë) (ça va, tout le monde suite la mise en abyme ?) commence alors que Charlotte veille son père, malade des yeux. Elle laisse alors son esprit vagabonder, faire des retours dans le temps sur son histoire à elle, ses sœurs et son frère. Se dessinent alors en filigrane les destins littéraires des sœurs, la déchéance du frère, leurs aspirations, leurs passions (Mr Héger…)

 

J’ai beaucoup aimé, je n’aurai jamais pensé qu’un auteur pourrait partir de l’écriture d’une œuvre pour brosser une sorte de biographie de l’auteur, c’est très bien fait. Ce sont des faits que l’on connait, mais qui, remis en chronologie, permettent d’appréhender de nouvelles choses je trouve. Par exemple, on perçoit mieux le fait que Charlotte ait souffert qu’Emily et Anne avaient étaient publiées, alors que son Professor, non. Il me semble que quand on lit une biographie aujourd’hui, qui relate les faits du passé, on ne le sent pas aussi bien.

 

Parmi les anecdotes que je ne connaissais pas, il y a la description de la famille de nouveaux riches pour laquelle Charlotte a été gouvernante, ainsi que leur excursion au château qui a inspiré Thornfield. Il y a aussi qu'après la publication de Jane Eyre, la rumeur a prétendu que l'auteur avait été gouvernante chez Thackeray, et aurait servi de modèle à Becky dans La Foire aux Vanités. C'est en partie pour cela, en partie aussi pour montrer à l'éditeur que Currer, Ellis et Acton Bell étaient bien trois personnes distinctes, qu'elle se rend à Londres avec Anne.

 

A la lecture du livre, j'ai aussi été frappée par quelque chose que je n'avais jamais réalisé : Charlotte veille son père qui a été opéré des yeux par un éminent oculiste à Manchester, tout comme Jane veillera Edward après l'opération qui lui permettra de recouvrer la vue.

 

Et pour finir, un gros coup de cœur pour l’illustration de la couverture dans l’édition française 10/18. Je la trouve magnifique, et mieux que celle de l’édition originale. Le dessin en 4 couleurs, noir, violet, vert, blanc évoquent les 4 personnages centraux, les sœurs et le frère Brontë. On y ressent qu’ils sont tous les 4 présents dans Jane Eyre. Dans l’ombre de Jane on devine Charlotte, dans l’ombre de Rochester, on devine Branwell. On voit les Brontë dans le feu à Thornfield, les oiseaux et la nature (est-ce le marronnier ?). C’est extrêmement bien fait et intelligent. Merci !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

artisan paris 26/11/2014 20:08

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

Présentation

  • : Jane Eyre, blog en français
  • : Jane Eyre est définitivement mon livre préféré. Les blogs en français sur le sujet sont trop rares alors j'ai créé celui-ci en 2006 pour partager mon intérêt.
  • Contact

Recherche

Articles Récents