Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2006 6 27 /05 /mai /2006 22:45
Le thème de la liberté est récurrent dans Jane Eyre. La liberté de pensée, d'esprit, l'indépendance qui va aussi de paire avec la liberté de la femme pour Charlotte Brontë. C'est ce qui fait qu'on dit souvent de Charlotte qu'elle était une féministe avant l'heure et c'est ce qui choqua dans ses romans.

Au chapitre 23, au moment de révéler son amour à Rochester, Jane déclare "Je ne suis pas un oiseau, je ne suis prise en aucun filet; je suis un être humain, libre, avec une volonté indépendante, qui se manifeste dans ma décision de vous quitter." ("I am no bird; and no net ensnares me; I am a free human being with an independent will; which I now exert to leave you"). Le thème de la cage est repris au chapitre 27 où l'oiseau représente l'âme insaisissable de Jane et "jamais aucune chose ne fut à la fois si frêle et si indomptable" ("never was anything at once so frail and so indomitable"). J'aime cette idée d'être frêle mais libre et insaisissable.

Jane voit le mariage comme un emprisonnement. Elle a perçu la cour de Rochester comme celle reçue par une esclave qui la couvrirai d'or. A l'allusion au sérail du Grand Turc, chapitre 24, Jane répond par la rebellion : "je me préparerai à partir comme missionnairepour prêcher la liberté à celles qui sont en esclavage (...) j'y fomenterai la révolte et vous (...) vous trouverez enchaîné, livré à nous; pour ma part, je ne consentirai à briser vos liens..." ('I'll be preparing myself to go out as a missionary to preach liberty to them that are enslaved (...) I'll stir up mutiny; and you, (...) shall in a trice find yourself fettered amongst our hands: nor will I, for one, consent to cut your bonds...")

Rochester n'est pas rassurant quant au mariage : "quand je me serai emparé de vous tout de bon, que je vous aurai en ma possession, je vous attacherai - au figuré bien entendu - à une chaîne comme celle-ci". Celà inquiète notre héroïne car pour elle le mariage doit rimer avec son indépendance.  Jane ne veut pas être enfermée au propre (on pense à Bertha bien sûr, mais aussi à l'épisode de la chambre rouge à Gateshead dans lequel l'enfermement s'oppose à la rebellion de la fillette) comme au figuré (enfermement par le mariage, et notamment la dépendance financière).

Le thème de l'attachement est lancinant lors de la proposition en mariage de St John au chapitre 34 dans des passages comme "le linceul de fer se resserrait autour de moi" ("My iron shroud contracted round me") ou encore "sans nul doute, ne lui étant attachée qu'à ce titre, j'aurais souvent à souffrir, mon corps serait soumis à un joug rigoureux, mais mon coeur, mon esprit demeureraient libres. Dans mes moments de solitude, je pourrais toujours me réfugier en moi-même pour (...) faire de mes pensées préservées de tout esclavage mes propres confidentes. (...) Mais être sa femme (...) toujours contrainte, toujours tenue en échec, forcée de maintenir très bas le feu de ma nature, de l'obliger à brûler intérieurement sans pousser jamais un cri, dût la flamme emprisonnée consumer mes forces vives l'une après l'autre, cela serait intolérable!". ("I should suffer often, no doubt, attached to him only in this capacity: my body would be under rather a stringent yoke, but my heart and mind would be free. I should still have my unblighted self to turn to: my natural unenslaved feelings with which to communicate in moments of loneliness. (...) But as his wife (...) always restrained, and always checked- forced to keep the fire of my nature continually low, to compel it to burn inwardly and never utter a cry, though the imprisoned flame consumed vital after vital- this would be unendurable.")

Par opposition, le dernier chapitre nous décrit un mariage heureux avec Rochester où "Etre ensemble, c'est, pour nous, être à la fois libres comme dans la solitude, joyeux comme en société." ("To be together is for us to be at once as free as in solitude, as gay as in company").

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lilichipie 13/06/2009 16:17

Moi aussi j'adooore ce livre! Il est vrai que je n'ai encore jamais vu les adaptations du livre à la télé  mais l'histoire en elle même est passionnante, surtout que j'adore les histoires romantiques. Ce récit m'a procuré de telles émotions ainsi qu'un plaisirs fou que je m'arrêtais de lire pour reprendre mon souffle...D'ailleurs je recommande à tous ceux qui n'ont pas encore lu le livre de le faire car bien qu'une adaptation puisse être géniale rien ne vaut la lecture; en effet c'est un livre qu'on ne pose pas facilement aprés l'avoir commencé. En tout cas je suis très contente de l'éllaboration de ce site qui j'espère s'aggrandira car il fait  vraiment voyager.   

grain de sel 03/01/2008 13:27

Oui, c'est bien cela et Saint-John ne raisonne pas autrement en proposant à Jane d'être son épouse : il aurait ainsi un"ascendant "naturel sur son auxiliaire.
"Il m'a fait comprendre mainte et mainte fois que ce n'était pas pour lui qu'il voulait une compagne, mais pour l'oeuvre qu'il avait à accomplir. Il m'a dit que j'étais faite pour le travail, non pour l'amour, ce qui est sans doute vrai ; mais à mon avis, si je ne suis pas faite pour l'amour, il s'ensuit que je ne suis pas faite pour le mariage. Ne serait-il pas singulier d'être enchainée pour la vie à un homme qui ne verrait en vous qu'un bon outil"
p 583  ch XXXV livre de poche.

Clelie 30/01/2007 09:25

Hello aude !
Je viens de découvrir cet article sur ton blog et je trouve ton analyse très intéressante et pertinente. Bravo pour ce blog très riche et très complet, plein d'informations et de photos !
A bientôt sur the Inn !

Présentation

  • : Jane Eyre, blog en français
  • : Jane Eyre est définitivement mon livre préféré. Les blogs en français sur le sujet sont trop rares alors j'ai créé celui-ci en 2006 pour partager mon intérêt.
  • Contact

Recherche

Articles Récents