Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 15:46

 

 07-04-2013 16-00-12

La semaine dernière, le dimanche de Pâques, était diffusé sur ITV (chaîne de télé britannique) un documentaire de l’actrice Sheila Hancock sur les Brontë. (Par ailleurs le 31 mars était aussi la date anniversaire de la mort de Charlotte) Pour la promotion du documentaire, Sheila Hancock est passée dans l’émission Daybreak le dimanche matin. Dans une courte interview, elle revient sur le mythe des sœurs innocentes et recluses qui ont créé des personnages masculins bruts et rudes après avoir écrit des minuscules histoires dans leur enfance. Pour justement en dire qu’elles n’étaient pas les filles naïves qu’on imagine mais étaient instruites, avaient voyagé, et connu la passion.

Vous pouvez voir la vidéo de cette interview (5 minutes) ici (temporairement surement, donc dépêchez-vous):

http://www.itv.com/news/calendar/update/2013-03-31/sheila-hancock-explores-the-world-of-the-brontes/

Comme j’ai trouvé Sheila Hancock assez facile à comprendre, (elle a une bonne diction et un accent agréable pour la française que je suis !), j’ai pu retranscrire l’interview et la traduire. Grossièrement, hein, je ne suis ni traductrice, ni interprète… et je ne suis pas sûre de toutes les phrases notamment des présentateurs ! Mais les idées principales sont là. N'hésitez pas à me notifier si j'ai fait des erreurs ou des contresens, ou pour les phrases que je n'ai pas saisies.

 

Sheila Hancock (off voice): I am retracing the route that Emily would have followed across her beloved moors. To the locations said to have inspired Wuthering Heights. The bleak, remote farm house where Heathcliff makes his home...

Presenter man: She’s just joined us now. What a treat for you, your favourite offers and a lovely bit of English countryside?

SH: It was freezing cold I have to say. I could hardly move my face for it was so cold, climbing up the moors. But Yes. Oh. Beautiful.
The moors up there are unbelievably wonderful. They really are. And you can understand why it inspired these remarkable women.

Presenter man: Yes. What did you find out about the Brontës?

SH: Well, I found out… Not for lots actually. Because I fell in love with them when I was a child, particularly Wuthering Heights. And I think I based it mainly on the film. Laurence Olivier being rather dashing and romantic and beautiful. And then I re read it, one of them with my book club, and I realized that Heathcliff is actually a psychopath! It is one of the most sadistic, terrifying books in the world. And it’s about obsessive love and death and… And then I read the book of Anne’s The tenant of Wildfell Hall again which is one of the best studies of living in an alcoholic family that I have ever read in my life, with all the brutality that that involves.
And I thought, how did these three “girls”, in a vicarage, in the middle of the Yorkshire moors, write stuff like this?? These men, these dark, dangerous men? So I began to dwell up on that. And, of course, what I discovered, was that in fact at that time it was the industrial revolution. The roads were flowing with sewage, there was typhoid. They’d have gone on visit to the various homes and they would have found people dying and they would have seen “raw” life, like men.

Presenter: Not differently than today?

SH: Absolutely. Absolutely. Very picturesque.
But also, their father educated them. They went to Brussels, they could speak many languages, they read and read. From tiny children… they wrote these little mini books, making up stories. They were obsessive writers.

Presenter woman: Cause everybody always thought that they were kind of sheltered in some way. And that is why I was so interested in this. Cause… It is on Easter Sunday? Isn’t it? Perfect time for something like this? You are going to it completely different. Cause they weren’t… you know, just virginal girls…

SH: No, they weren’t at all!

Presenter man: In that sense… They knew about passion…

SH: And I think they are not claiming these feminist writers but in fact I think they were. I mean they’re hundred percent men. They wrote under the names of Currer Bell and Acton Bell and Ellis Bell. And they went out to London to meet the publisher he nearly dies (presenters both laughing), because these two little country girls with bonnets arrive, having written these dark (darksy?) prose you know.
But they, they just were so surprising. And I still am not quite sure where it all came from. I mean, I know… I discovered on the journey that Charlotte did fall MADLY in love with a professor in Brussels. And she wrote these passionate letters to him… which we discovered one in the London Library that have been torn up and the idea is that perhaps, it was torn up by him because she was going too far. But it was then stitched together again by somebody. We don’t know whether that was his wife, or who did that. So there was a kind of romantic obsession there. I think… I don’t think it was a sexual love affair.  But I think it was an obsession. Like Rochester, in Jane Eyre. They’re the same sort of men.

Presenter man: And you found a link between their lives -or the books anyway- and your own life as well?

SH: I did this one scene in Wuthering Heights, which is so beautifully written. Errr… when Cathy is dying and Heathcliff comes. He shouldn’t be there but he comes. And this wonderful passage about his… He grabs hold of her and he bruises her arm and she clings on to him. And it’s a kind of metaphor for how desperate you can feel if you watch somebody dying. You’re saying “Don’t go! Please don’t go.” And Emily manages to put it to an actual scene, something that goes on in your head. And also that kind of love that is… I mean on one point she says… Cathy says “I am Heathcliff”. And it’s about the sort of love affair where you can’t possibly live without somebody.
I mean Cathy gets married. And when you (?)… you say “How could you do that? How could you reject Heathcliff cause he’s away at that time”. And she says “What? No. I still have Heathcliff”. I mean (laughing) she just absolutely assumes, and everybody knows that she and Heathcliff have got to be together until they die.

Presenter man: The documentary is on ITV.

Presenter woman: Yes, ITV and I will definitely be watching that, it is absolutely good. And I love your passion. It’s good to make people reading books again.

SH: Oh, I do. It’s good.

Presenters: Thank you Sheila.

SH: Thanks.

 

Et mon humble traduction:

 

Sheila Hancock (en voix off / extrait du documentaire) : Je parcours la route qu’aurait suivi Emily à travers sa lande adorée. Jusqu’aux endroits dont on dit qu’ils ont inspiré Les Hauts de Hurlevent. La ferme glaciale et isolée où Heathcliff va s’installer.

Présentateur : Elle vient de nous rejoindre. Quel régal pour vous n’est-ce pas, cette offre ? Et quels magnifiques paysages de la campagne anglaise ?

SH : En fait je mourais de froid ! Je pouvais à peine bouger mon visage tellement j’avais froid à gravir ces landes. Mais oui. Oh. Quelle beauté.
Les landes là-bas sont incroyablement merveilleuses. Vraiment. Et on peut comprendre pourquoi ces paysages ont inspiré ces femmes remarquables.

Présentateur : Qu’avait vous découvert sur les Brontë ?

SH : En fait… j’ai découvert… pas tant que ça en fait. Parce que je suis tombée amoureuse des Brontë quand j’étais enfant. Particulièrement des Hauts de Hurlevent. Et je pense que c’était surtout à cause du film. Laurence Olivier (NDT : Heathcliff dans l’adaptation de William Wyler en 1939) était si majestueux, si romantique et si beau. Et puis je l’ai relu, avec mon club de lecture, et j’ai réalisé qu’en fait Heathcliff est un psychopathe !! C’est l’un des livres les plus sadiques et terrifiants au monde. Cela parle d’amour obsédant, et de mort et… Et après j’ai lu le roman de Anne, The tenant of Wildfell Hall, qui est l’une des meilleurs études à propos d’une famille d’alcoolique que j’aie jamais lues, avec toute la brutalité que ça implique.
Et je me suis demandé comment ces trois « filles », dans un presbytère des landes du Yorkshire peuvent écrire des choses comme ça ?? Ces personnages masculins, obscurs et dangereux ? Alors j’ai commencé à creuser cela… et j’ai découvert que bien sûr, elles vivaient au temps de la Révolution Industrielle. Les égouts ruisselaient dans les rues, il y avait le typhus… Elles ont dû aller en visite dans toutes ces maisons, elles ont dû voir des mourants et voir la vie « brute », comme des hommes.

Présentateur : Ce n’est pas si différent d’aujourd’hui ?

SH : Absolument. Absolument. C’est très pittoresque.
Mais aussi, leur père les avait éduquées. Elles étaient allées à Bruxelles, elles parlaient plusieurs langues. Elles lisaient et lisaient… Depuis toutes petites… elles écrivaient ces minuscules livres, inventant des histoires. C’était des écrivains obsessionnelles.

Présentatrice : Mais tout le monde pense toujours qu’elles étaient plus ou moins recluses. C’est ça qui m’a tant intéressée (dans le documentaire), parce que… C’est diffusé le dimanche de Pâques, n’est-ce pas ? C’est un moment parfait. Et vous abordez les choses complètement différemment. Car elles n’étaient pas vraiment les jeunes filles virginales qu’on pense…

SH : Non, pas du tout !

Présentateur : Dans un sens, elles ont connu la passion…

SH : Et je pense que bien qu’elles ne se revendiquaient pas d’être des écrivains féministes, elles l’étaient. Je veux dire, elles étaient des hommes à 100%. Elles ont écrit sous les pseudonymes de Currer Bell, et Acton Bell, et Ellis Bell. Et quand elles sont allées à Londres rencontrer leur éditeur, il n’en revenait pas (les présentateurs se marrent), de voir débarquer ces deux jeunes femmes de la campagne avec leurs bonnets, ces deux femmes ayant écrit ces lignes si sombres.
Mais elles étaient si surprenantes. Et encore maintenant je ne suis pas sûre d’où tout cela provenait. Je veux dire, je savais… j’ai découvert pendant mon voyage que Charlotte est tombée PASSIONNEMENT amoureuse d’un professeur à Bruxelles. Elle lui écrivait des lettres enflammées. Nous en avons découvert une à la London Library, qui a été déchirée. L’idée c’est qu’elle a peut-être été déchirée par lui (Héger) parce qu’elle allait trop loin, mais la lettre a ensuite été recousue par quelqu’un. On ne sait pas vraiment par qui, peut-être la femme d’Héger. Donc il y avait cette sorte d’obsession romantique. Je crois… je ne crois pas que c’était une histoire sexuelle. Mais c’était une obsession. Comme Rochester, dans Jane Eyre. C’était le même type d’homme.

Présentateur : Et donc vous avez aussi découvert des liens entre leurs vies –ou leurs œuvres peu importe- et votre expérience personnelle ?

SH : J’ai joué cette scène dans Les Hauts de Hurlevent, tellement bien écrite. Euuh la scène dans laquelle Cathy est en train de mourir et Heathcliff est présent. Il ne devrait pas être là mais il vient. Et il y a ce passage magnifique sur son… Il s’agrippe à elle, lui serre les bras à lui laisser des bleus, et elle se raccroche à lui. C’est une sorte de métaphore de ce que l’on ressent quand on voit quelqu’un mourir. On s’écrie « Ne pars pas !! S’il te plait ne pars pas. » Et Emily a réussi à en fait une scène réelle, qu’on peut garder en mémoire. Et aussi cet amour qui est… A un moment elle dit, Cathy dit «Je suis Heathcliff ». C’est le genre d’histoire d’amour où il n’est pas possible de vivre sans l’être aimé. Tout de même, Cathy se marie ! Et quand ( ?), on se dit « Comment peux-tu faire ça ? Rejeter Heathcliff alors qu’il est loin ». Et elle dit « quoi ? Mais non. C’est toujours Heathcliff. ». Tout de même (elle rit), elle l’assume complètement, et tout le monde sait qu’elle et Heathcliff doivent être ensemble jusqu’à la mort.

Présentateur : Ce documentaire est diffusé sur ITV.

Présentatrice : Oui, ITV, et je suis sûre de le regarder lors de sa diffusion, il est très bon. Et j’adore votre passion. C’est super d’inciter lire les gens à nouveau.

SH : Oh oui.

Présentateurs : Merci Sheila

SH : Merci.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Jane Eyre, blog en français
  • : Jane Eyre est définitivement mon livre préféré. Les blogs en français sur le sujet sont trop rares alors j'ai créé celui-ci en 2006 pour partager mon intérêt.
  • Contact

Recherche

Articles Récents