Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 19:11



Extrait d'un écrit de Charlotte de 1829, publié par Elizabeth Gaskell dans sa biographie Life of Charlotte Brontë, chapitre IV (Vous pardonnerez la traduction imparfaite qui est de moi)

Nous avons joué nos pièces « Young Men » en juin 1826, « Our Fellows » en juillet 1827, « Islanders » en décembre 1827. Ce sont nos plus grandes pièces qui ne soient pas secrètes. Mes meilleures pièces et celles d’Emily ont été présentées le 1erdécembre 1827, les autres en Mars 1828. Meilleures pièces, cela signifie qu’elles sont secrètes, elles sont très bonnes. Toutes nos pièces sont très bizarres. Je n’ai pas besoin d’écrire leur nature, car je pense que je m’en rappellerai toujours. La pièce « Young Men » provient de soldats de bois appartenant à Branwell, « Our Fellows » des fables d’Esope et « Islanders » de plusieurs événements réels. Je vais vous décrire plus précisément l’origine de nos pièces si je peux. Tout d’abord « Young Men ». Papa a acheté à Branwell des soldats en bois à Leeds, quand Papa est rentré à la maison il faisait nuit, et nous étions couchés, de sorte qu’au matin Branwell vint à la porte de notre chambre avec une boîte de soldats. Emily et moi avons sauté du lit, j’en ai pris un et me suis exclamée « C’est le duc de Wellington ! Celui là est le duc ! » Quand j’eus dit cela, Emily en prit aussi un et dit qu’il serait le sien ; quand Anne fut descendue, elle dit qu’un devrait être à elle aussi. Le mien est le plus joli de tous, et le plus grand, et le plus parfait en tout point. Celui d’Emily était un personnage à l’air grave et nous l’avons baptisé « Gravey ». Celui d’Anne était une petite chose étrange, lui ressemblant assez et nous l’avons appelé « Waiting Boy ». Branwell choisit le sien et l’appela « Buonaparte ».

Il est assez étrange que des enfants de cet âge aient choisi de baptiser leurs jouets de noms de figures politiques de l'époque. Sachez en effet que le duc de Wellington (Arthur Wellesley de son vrai nom) a réellement existé et était premier ministre à cette époque !


Charlotte se met alors à écrire des quantités de petites histoires à propos du royaume d'Angria, un royaume situé en Afrique, peuplé d'aristocrates, de ducs, de marquis, de princesses. Ces écrits sont minuscules, le passage ci-contre ne doit pas mesurer plus de 4 ou 5 centimètre de haut !



Plus de détails et d'autres images de manuscrits sont disponibles sur ce petit site très intéressant de la bibliothèque de l'université du Missouri, qui possède les manuscrits originaux de The Secret et Lily Hart, redécouverts en 1973 (site en anglais)
http://mulibraries.missouri.edu/specialcollections/exhibits/brontewritings.htm




Repost 0
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 21:36

 Le royaume d'Angria est un monde imaginaire créé par Charlotte Brontë bien avant qu'elle n'écrive Jane Eyre. C'est un monde fascinant né d'un jeu.. de soldats de bois ! Branwell avait reçu en cadeau une douzine de soldats de bois en 1826, les petits Brontë les baptisent et commence à jouer et écrire des petites histoires sur ces personnages imaginaires : c'est le début de Young Men's Play. Un des soldats est le duc de Wellington. Trois ans plus tard, Charlotte commence à écrire le Royaume d'Angria avec Branwell : elle a 13 ans!
Parallèlement, Emily et Anne inventent un autre royaume : Gondal.
L'ensemble des ces récits de jeunesse est parfois désigné par le terme de Juvenilia.
Je savais depuis longtemps que Zamorna, un autre personnage d'Angria, le fils de Wellington, est souvent analysé comme une ébauche de Rochester. C'est ça qui m'a donné envie de me plonger dans ces récits.
Un seul souci : ces livres n'existent pas en français ! Du moins pas tels quels, car je sais qu'il existe quelques écrits de jeunesse des Brontë réunis dans le tome 3 de leurs oeuvres dans la collection Bouquins. Je prends donc mon bâton de pélerin et me voilà partie pour commander ces oeuvres en anglais. Un peu au hasard, sans savoir, je commande :

Tales of Angrian (Penguin)
The Secret, The Spell, The Green Dwarf (Hesperus)

Repost 0
19 juillet 2006 3 19 /07 /juillet /2006 19:41
Me voici donc en pleine lecture de Shirley... Depuis le temps que je voulais m'y mettre!
C'est donc en anglais que j'ai attaqué. Pas très facile à lire hum. Mais je comprends l'essentiel!
Pour l'instant les personnages sont attachants, leur portrait est très fin. Lucy est assez différente de Jane, mais je ne m'attendais pas à retrouver mes deux héros Jane et Edward dans ce livre. Mais sur certains points, elles sont assez semblables, et ressemblent aussi surement à Charlotte elle-même. Elles sont entreprenantes, ouvertes, honnêtes...
Je dois dire que j'attends encore l'histoire d'amour (j'en suis à la moitié du livre), mais je pense que ça ne devrait plus tarder maintenant. Surtout que le quatrième de couverture nous proclame "it is also a story of a woman's right to love and be loved"!
A bientôt pour la suite de mon avis sur Villette et merci à mimidd du forum Inn at Lambton pour m'avoir incitée à entamer ce roman!
Repost 0
23 juin 2006 5 23 /06 /juin /2006 21:25

The Infernal World of Branwell Brontë, publié en 1960 par Daphné Du Maurier, la même qui avait écrit Rebecca en 1938.
J'ai eu la chance de le lire il y a quelques années, en anglais dans une édition Penguin.

Je dis la chance car je viens de lire sur fnac.com :

"Depuis longtemps introuvable sur les rayonnages des librairies, l’ouvrage de Daphné Du Maurier offre une étude documentée sur Patrick Branwell Brontë qui se dévore comme le plus poignant des romans réalistes."

Je ne savais pas qu'il était introuvable, mais il a été réédité en mars 2006 en français :


C'est à mon avis un roman à connaître si on aime les Brontë. Car oui, les Brontë n'étaient pas trois soeurs mais il y avait bien un frère, un frère maudit, raté, oublié. Un frère si effacé qu'on ne peut que le deviner sur le portrait à la colonne.
Un frère qui me fait mal au coeur, un frère qu'elles ont tant aimé.

Beaucoup pensent que les figures masculines (Heathcliff, Rochester...) des soeurs étaient inspiré de l'âme tourmentée de leur frère, car sinon comment auraient-elle pu toucher du doigt tant de noirceur, elles qui vivaient recluses ? Ce qui est sûr, c'est que cette biographie est très instructive, et que jamais Anne, Emily, Charlotte n'auraient été celles que nous connaissons sans Branwell...
Repost 0
21 juin 2006 3 21 /06 /juin /2006 22:59
J'ai ajouté un lien dans ma liste, et, Hourra, pour une fois c'est en français!!

Il s'agit d'un forum sur les soeurs Brontë s'inscrivant dans un regroupement de forums où échangent des adminateurs de Jane Austen.

Je ne suis pas encore inscrite mais je ne vais surement pas tarder. J'ai trouvé le lien sur le blog de Siansaksa, un anglophone très gentil qui m'a laissé un commentaire récemment, et qui parle très bien français. Mais la question est surtout, comment trouve-t-il ces liens ? J'ai l'impression d'avoir parcouru le web sur les Brontë en long et en large mais je ne suis jamais tombée sur ce forum...
Repost 0
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 20:44

Charlotte Brontë est née en 1816 à Thornton, près de Bradford dans le Yorkshire. Son père Patrick est pasteur, lui et sa femme Maria ont déjà deux filles Maria et Elizabeth. En 1817 naît Branwell, puis Emily en 1818 et Anne en 1820. En 1821 la mère des six enfants meurt. En 1825, les quatre filles aînées sont à l'école à Cowan Bridge où vont mourir les deux plus agées des suites des conditions de vides très rudes. Cette école servira ensuite à dépeindre le pensionnat de Lowood dans Jane Eyre où on retrouvera Helen Burns, figure des sœurs aînées de Charlotte.

Charlotte et Emily rentrent alors au presbytère d'Haworth, où leur père est désormais pasteur et la tante Elizabeth Branwell vient habiter avec eux afin d'aider Patrick Brontë.

Durant leur enfance, les enfants vont inventer des royaumes magiques bâtis autour des soldats de plomb de Branwell : les royaumes de Gondal (Emily et Anne) et d'Angria (Charlotte et Branwell). Les histoires de ces royaumes magiques sont écrits dans des carnets à l'écriture minuscule.

Après ces années d'école à Roe Head, Charlotte y devient professeur, puis institutrice dans une famille. En 1842, elle se rend à Bruxelles avec Emily puis apprendre le français et l'allemand au pensionnat Héger où elle tombe amoureuse de Monsieur Héger, qui est marié. A la suite du décès de leur tante, les sœurs rentrent à Haworth. Charlotte retournera à Bruxelles seule par la suite.

En 1844, les trois sœurs ont le projet d'ouvrir une école à Haworth mais il n'aboutit jamais.

En 1846, elles publient un recueil de poèmes par Currer, Ellis et Acton Bell, pseudonymes masculins. Ce recueil sera vendu à deux exemplaires.

Les sœurs se mettent alors a rédiger chacune un roman. The Professor, le roman de Charlotte à propos de son expérience à Bruxelles, ne trouvera jamais un éditeur de son vivant (il fut publié en 1857 à titre posthume). Elle commence à rédiger Jane Eyre qui sera publié en 1847. Cette même année, Emily publie Les Hauts de Hurlevent, et Anne publie Agnes Grey. En 1848  Charlotte et Anne se rendent à Londres afin de révéler leur identité à leurs éditeurs, en effet les gens pensaient que les trois Bell n'était en fait qu'une seule et même personne, peu de gens imaginait que les auteurs seraient des femmes. Les sujets évoqués par les Brontë semblent alors étonnamment peu en accord avec leur vie recluse dans les landes. Le 24 septembre de cette année meurt Branwell, devenu un alcoolique et drogué.Peu de temps après, le 19 décembre Emily meurt elle aussi. Anne mourra moins de 6 mois plus tard, le 28 mai 1849, alors que Charlotte l'a emmenée au bord de la mer pour lui faire du bien. Charlotte et son père sont très affectés de ces deuils successifs. Néanmoins elle continue d'écrire et le 26 octobre Shirley est publié. Durant les années qui suivent, Charlotte commence à être connue dans les cercles littéraires londoniens et elle rencontre Thackeray ou encore Elizabeth Gaskell. En 1852 elle commence à rédiger Villette et le révérend Arthur Bell Nicholls, vicaire à Haworth depuis 1845 la demande en mariage. Patrick Brontë s'oppose violemment à cette union et Charlotte, qui n'est pas amoureuse, refuse. Pourtant en 1854, année de la publication de Villette, Charlotte et Arthur Bell Nicholls se fiancent puis se marient le 29 juin. Il semble que Charlotte admirait son mari plus qu'elle ne l'aimait vraiment. Elle meurt le 31 mars 1855, alors qu'elle est enceinte.

Certaines personnes de l'époque reprocheront au révérend Nicholls d'avoir reléguée l'auteur de Jane Eyre au rang de femme au foyer, cependant Charlotte semble avoir été heureuse de ces quelques temps en tant qu'épouse. Elizabeth Gaskell écrira plus tard dans Life of Charlotte Brontë (publié en 1857) que ses derniers mots furent pour son mari : "Je ne vais pas mourir, n'est-ce-pas? IL ne peut pas nous séparer, nous avons été si heureux."

Repost 0
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 11:02
Voici des petites bibliographies des trois soeurs et quelques ouvrages sur les Brontë que je possède ou connais. Certains titres sont des liens pointant vers le e-book téléchargeable sur le site du projet Gutenberg. En effet, les textes les plus anciens sont tombés dans le domaine public.

Charlotte Brontë
1847 Jane Eyre
1849 Shirley
1853 Villette
1857 The Professor
2003 Stancliffe's Hotel
2003 The Green Dwarf
2005 The Spell

Emily Brontë
1847 Wuthering Heights

Anne Brontë
1847 Agnes Grey
1848 The Tenant of Wildfell Hall

Poésies
1811 Cottage Poems (Patrick Brontë)
1846 Poems of Currer, Acton and Ellis Bell

Ouvrages divers sur les Brontë
1857 Elizabeth Gaskell, Life of Charlotte Brontë (Volume 1, Volume 2)
1960 Daphne Du Maurier, The Infernal World of Branwell Brontë (voir ici)

Ouvrages reliés de près ou de loin
1966 Jean Rhys, Wide Sargasso Sea
Jean Rhys (c'est une femme) nous raconte l'histoire de Bertha Mason, AVANT Jane Eyre, depuis son enfance jusqu'a ce que Rochester la ramène en Angleterre. Du point de vue de Bertha et aussi de celui de Rochester. (voir ici)
2001 Jasper Fforde, The Eyre Affair
Roman déjanté où une jeune détective sauve Jane Eyre de son kidnappeur et tente tout pour que le roman de Charlotte Brontë soit sauvé. (voir ici)




Mis à jour le 28/05/06


Repost 0

Présentation

  • : Jane Eyre, blog en français
  • : Jane Eyre est définitivement mon livre préféré. Les blogs en français sur le sujet sont trop rares alors j'ai créé celui-ci en 2006 pour partager mon intérêt.
  • Contact

Recherche

Articles Récents